Un ado trop accro

C’est un bel adolescent à l’allure un peu timide qui m’est amené par sa mère. Elle l’a eu très jeune ( 17 ans) mais là, elle n’a rien d’une jeune femme impressionnée par sa maternité. Elle prend ses responsabilités. Elle est inquiète pour lui, elle n’est pas d’accord avec son comportement. Il joue trop, voilà. D’ailleurs elle a pris un rendez-vous  à la Grande Ville, mais « ça irait plus vite docteur si vous faisiez une lettre ».  Ce rôle de rédacteur de lettres m’horripile mais  passons.

Ils sont donc là tous les deux devant moi, lui,réservé , et elle au contraire occupant totalement son espace.

« Voulez vous que je sorte ? me demande-t-elle ?

J’hésite. Habituellement je fais sortir les parents, mais puisque c’est elle qui porte la demande de soin, cela me semble impossible de bâtir une consultation si je n’ai pas le  déroulé de la plainte maternelle.

Rien que de tristement banal. Il joue trop. Il ne sort plus. Il ne travaille plus à l’école.Il n’aime plus prendre des repas en famille, tant il est pressé de retourner à son jeu. Il n’aime pas quand il y a de  la visite, pour les mêmes raisons. Elle a fini par lui confisquer son téléphone à partir de  22 heures.

Qu’est ce qui peut m’aider à cet instant précis ? Mes connaissances sur le problème ?  A l’université je n’ai eu aucun cours sur ce sujet,  donc rien de ce côté là. Mais j’ai fait une journée  de formation continue sur l’addiction au jeu. Cela ne me sert pourtant presque à rien  non plus. Juste pouvoir écarter rapidement une pathologie mentale sous-jacente.

Trois choses vont m’aider cependant.

  • Ma propre expérience du jeu. Je connais cette excitation. La peur de perdre. L’ivresse de gagner, qui donne brièvement confiance en soi. L’angoisse qui se rejoue indéfiniment. La fascination jusqu’à l’engloutissement. « Comment ça ce n’est pas grave parce que ce n’est qu’un jeu ? »
  • L’art, dans les  livres ou au cinéma,  qui nous fait rentrer avec tant d’intelligence dans le vécu intime des joueurs . (Evidemment le joueur de Dostoievski mais pas que)
  • Le récit d’autres patients dépendants. Notamment  celui d’un collègue, toxicomane sevré,  qui m’avait conseillé un jour . « Ne dit jamais à un toxicomane que la drogue c’est mauvais ! La drogue c’est bon. Nous avons tous en nous cette nostalgie. »

Alors c’est parti avec le bel adolescent timide. Pas la peine de lui refaire la morale de la mère . Il la connait par coeur. Alors je lui demande ce que lui apporte le jeu. La sensation d’être doué ? d’être fort ? L’estime que cela lui donne de lui même ? Puisque là, au moins, il réussit, ce n’est pas comme à l’école. Il acquiesce, il répond que oui. Il est fier d’être un champion au jeu. Il me donne le nom de ses jeux. Il aimerait être développeur. Tout doucement le lien se crée. La mère reste là. Elle est assez fine pour ne pas intervenir. Il a peur du monde extérieur. Ce monde dont il n’a pas les codes. Ce monde où les codes changent sans arrêt, et où il n’est pas sûr de réussir. D’ailleurs il n’a pas de projet. Il va redoubler dans une classe par défaut. Je ne sais plus laquelle. Une qui ne lui apporte en tout cas, ni joie, ni envie.

Je lui fait des dessins. Avec les différents ensembles de sa vie ( les vieux cours de mathématiques ça sert aussi) La bulle  du jeu qui écrase toutes les autres et les fait disparaître. Il a l’air d’accord. Le lien est bien ténu, bien fragile mais il est là tout de même. Nous pourrions continuer longtemps comme ça. C’est très touchant de discuter comme ça avec un ado, mais  le   compteur-temps de la consultation est déjà explosé. Je fais la lettre.

Je ne sais pas si je le reverrai. Je le lui ai proposé, et secrètement je rêve qu’il ait plus envie de revenir me voir, que d’aller à la grande ville.  Je rêve aussi de pouvoir l’aider tout à fait .

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s