Elle est bien votre secrétaire: la jeune avec un petit accent

C’est un ami qui lui avait conseillé de venir me voir au cabinet pour nous demander un stage au secretariat. Elle était en bac pro ou BEP . Je ne sais plus. J’ai dit non. Le secrétariat était tout petit,impossible d’y caser deux personnes. Elle m’a regardé avec ses yeux pleins d’envie. J’ai soupiré « Bon, demande à la secrétaire, c’est à elle de décider après tout. Mais regarde là avec les mêmes yeux qu’aujourd’hui »
La secrétaire a accepté. Elle est venue en stage, elle ne savait rien faire. Elle ne reconnaissait pas les noms de famille au téléphone, ce qui était particulièrement compliqué puisque une de ses tâches était justement de répondre au téléphone pour donner des rendez-vous. Elle avait des excuses. Née en Azerbaïdjan d’un père Azeri et d’une mère Arménienne. Pourchassée pour cette raison, après la guerre du Haut-Karabagh entre Arméniens et Azéri privés tout d’un coup de la tutelle soviétique. Les Arméniens et les Azéris n’étant pas plus intelligents que les extrémistes français, ils avaient en effet décidé que ceux qui n’avaient pas quatre grands-parents Arméniens n’étaient pas Arméniens, et que ceux qui n’avaient pas quatre Grand Parents Azéris n’étaient pas Azéris. Des dizaines de milliers de personnes se sont donc trouvées apatrides du jour au lendemain dans les années 90 . La famille avait donc cherché l’asile, sans le trouver, à Moscou, puis était arrivée en France sans papiers. Elle avait eu en Russie des cours à domicile par des professeurs privés, mais n’avait jamais fréquenté un établissement scolaire. La Fédération de Russie n’a pas ratifié la Convention internationale des droits de l’enfant :donc pas de papier pas d’école. C’est tout le contraire de la France parce que les parents ont pu travailler pendant toute cette période là.
Arrivée en France, elle avait demandé à toute force d’aller à l’école, mais elle avait plus de 16 ans, âge où s’arrête l’obligation scolaire. Cependant elle avait insisté, peut-être déjà avec les mêmes yeux, et elle avait fini par décrocher une place dans un BEP secrétariat. Une classe particulièrement intéressante pour elle, puisqu’il y avait des ordinateurs, et un merveilleux professeur, qui lui avait installé dessus, un cours de français langue étrangère. Evidemment à ce moment-là, elle ne parlait pas un mot de français. Mais peut-être parlait-elle déjà trois langues.

La voilà donc chez nous parlant un peu français, mais l’écrivant très mal, en train d’essayer de ne pas encombrer trop la secrétaire et de rendre vaguement service.
Le mois se finit. Intrépide et audacieuse elle me demande d’être rémunérée pour le mois passé. J’ai ri.
« Tu ne sais rien faire, tu nous a encombré, et maintenant tu voudrais qu’on te paye? Non vraiment, ce que tu as fait pendant un mois ne mérite pas un salaire, mais si tu veux gagner de l’argent, est-ce que tu voudrais venir, chaque semaine, 2h, pour traduire en russe et en armenien ? C’est insupportable de soigner les personnes sans les comprendre. » Il y avait effectivement au cabinet à ce moment-là beaucoup de patients tchétchènes,  arméniens et géorgiens. Tous très malades.
Et voilà comment la consultation avec interprète a commencé.
Elle arrivait en sortant du lycée vers 17 heures. La secrétaire venait de partir. S’il n’y avait ni russophones ni arménophones, ce qui était bien rare, elle répondait au téléphone, elle avait fini par apprendre à le faire. Cela me soulageait bien de terminer ma journée sans avoir quatre coups de fil par consultation.
Nous avons donc commencé à travailler toutes les deux: moi qui avait l’âge d’être sa mère, et elle toute jeune. Elle était mon oreille, me transmettant la plainte des réfugiés . Elle était mal à l’aise quand elle devait traduire des choses qu’elle savait pertinemment fausses. Ce n’était pas simple non plus de traduire les abominables traumatismes subis. Elle était ma voix. Ce n’était pas toujours simple pour elle, lorsque je disais non à une demande qui me paraissait inappropriée, notamment les demandes de scanners cérébraux dans les maux de tête des personnes victimes de stress post-traumatique.

Et puis elle a raté son bac parce qu’elle était amoureuse.Elle s’est mariée et elle a accouché en Aout. Elle est passé au rattrapage mais, même avec son gros ventre ils l’ont laissé à 9,8 sur 20 donc recalée.
À ce moment là j’étais déjà très attachée à elle. Elle a été reconnue réfugiée, mais elle n’avait toujours pas de nationalité. Ceci l’empêchait notamment de franchir une frontière.

Lorsque la secrétaire était malade elle la remplacait au pied levé, lorsque la femme de ménage était absente, elle la remplacait aussi malgré sa préférence pour des tâches plus intellectuelles.
La femme de ménage a cessé son activité. On a fait un contrat de génération entre notre secrétaire de 60 ans et cette jeune femme . C’était compliqué d’augmenter le temps de secrétariat d’un seul coup comme ça. Mais entre l’interprétariat, le ménage, et quelques heures de mise à disposition de personnel avec une autre association qui avait besoin d’une secrétaire trilingue, on y est arrivé. Comme elle avait un travail, elle a pu avoir une nationalité.
On a fait une fête pour sa nationalité française. De tous les cadeaux qu’elle a reçu je me souviens d’un porte carte, maintenant qu’elle avait une carte d’identité française, il fallait bien un endroit pour la mettre. Moi je lui ai offert les pièces de monnaie liberté-égalité-fraternité-paix illustrées par Sempé
Les patients du cabinet l’aiment beaucoup. « Vous savez,celle qui a un petit accent, elle est bien, cette jeune là . »

Maintenant la secrétaire la plus âgée a quitté le cabinet et elle l’a remplacé elle est toujours dynamique entreprenante motivée elle ne fait plus de traduction parce que c’était trop long pour elle mais pour elle et moi cela a été une expérience capitale.
Il y a juste un problème.Ca fait déjà 6 ans qu’on se connaît et elle m’appelle toujours docteur.
J’ai pourtant essayer de la convaincre que dans une petite équipe on s’appelle par son prénom mais non.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s