Conférence de Claire Mestre Psychiatre Anthropologue Bordeaux

L’Hospitalité  est basée sur un intense de désir de rencontrer  l’autre,  de le rencontrer, en particulier  dans sa langue. Ce désir rejoint le désir de soigner, de rejoindre l’autre.
La sensibilité dans la langue.
Le rôle de l’interprète  est  capital
C’est une mise en relation  des cultures. La gymnastique  des langues c’est  faire passer les mots d’une langue à  une autre et aussi  les idées  .
Exemple « Je suis victime de malédiction  de sorcellerie,  je suis possédé.  »
On cherche une  équivalence. Mais l’autre garde sa part de mystère et d’opacité. Nous mêmes gardons notre part  d’opacité.

Nous travaillons dans un contexte  de contrainte.
1.la reconnaissance par la langue
Accepter  que les autres langues  aient la même  valeur  que la nôtre. Le passé  colonial, le contexte de mondialisation  ont entrainé une minoration de la langue d’origine avec majoration  des langues dites  centrales Anglais Français etc.. Il faut sortir de cela.

Au contact  de l’étranger surgit une réflexion  sur ce que nous sommes nous mêmes.  Nous avons besoin de l’autre pour nous connaître.

Il y a un va et vient entre l’autre et nous. Le mouvement toxique  de supériorité  est toujours  à  l’oeuvre. Il s’agit d’y faire attention.

2.La reconnaissance   par le droit.
L’état  veut réguler les flux.  Mais le drame  c’est que cela crée des personnes  sans droits.Retrouver  la confiance  passe par la sécurité notamment  la sécurité  administrative. Des familles avec enfants  à  la rue en France  aujourd’hui. Chose qui nous paraissait  impossible  il n’y a pas si longtemps. La violence  supplémentaire  lorsque  l’état  propose comme solution  à  l’absence  d’hébergement,  une séparation  parents /enfants par placement  des enfants à  L’ASE,  alors même  que les parents  ne sont ni défaillants ni violents. On ôte ainsi à l’enfant la seule chose qui a réisté aux multiples pertes de l’exil : la coque familiale.
La violence institutionnelle est  parfois extrêmement  grave. Un petit geste qui manque (à l’hôpital  par exemple ) et le lien est mis en échec

3.La reconnaissance citoyenne.
Reconnaissance  par l’amour  amitié . Façon d’amenuiser l’exil.Les associations ont un rôle  dans la reconnaissance par l’amitié. Dans le soin aussi il y a une reconnaissance  par l’amitié.
Les associations sont un rôle majeur. Il ya une forte  histoire  associative en France:  La  Ligue des droits de l’hommee en premier (et la Cimade plus tard.).L’hospitalité  est une foule de petits gestes.La torture casse les relations familiales  et casse la relation  à  l’autre. Les lieux de lien amenuisent l’exil.La question  de l’accueil est une question  communautaire, collective. Le témoignage passe de la parole  privée  à  la parole publique. Mais les personnes ont besoin de  surmonter la honte d’avoir été victime.
La mondialisation  s’est jouée  dans les cales des bateaux  de l’esclavage et se rejoue dans les cales des bateaux  de la méditerranée. On meurt dans les cales hier et aujourd’hui.

4.La dignite de la pensée.: Il s’agit pour l’exilé  de pouvoir exprimer sa pensée.
L’exil  entrave la fluidité de la pensée, les  événements  traumatiques aussi.
Le mutisme est fréquent.Le traumatisme empêche  de parler. La solitude est une entrave majeure à la capacité de penser.  Une des premières  visées  du soin est de rétablir la fluidité  de la pensee. D’où l’intérêt du travail de groupe. A plusieurs,  on pense plus facilement. Récupérer ses compétences de penser pour obtenir  ses droits pour contester  pour s’opposer.
Le réseau  est important à  transmettre  aux patients . Avoir des adresses pour qu’ils ne soient pas jetés comme ça dans un monde hostile , pour avoir des repères. Cependant l’hébergement  n’est pas une condition du soin, on peut proposer  une psychothérapie  à  des personnes à la rue .
.
5. L’hospitalité par la culture .On ne voit jamais  de culture dans sa globalité. Nous avons des lambeaux  de culture.
La culture c’est le produit d’une rencontre.
La façon de sourire,   de dire bonjour, de peindre ses murs.
L’occident  à hiérarchisé  les cultures (de même  que les langues) C’est une grande difficulté .
L’altérité radicale est rare dans la rencontre. Elle  est très  angoissante ressentie comme menaçante .
L’effort de connaissance  est important porté  par une  curiosité  qui est bonne si elle n’est pas trop intrusive,  malfaisante. La religion  fait partie de la culture .La culture est un trésor  de représentation , un rempart contre l’angoisse..On ne connaît  la culture que par les cultures.
Connaitre le contexte  permet d’articuler la personne avec le culture  mais aussi l’histoire.
Il faut connaître  un peu la géopolitique.
Exemple des premiers exiles de la Sierra Leone alors qu’en France on ne connaissait rien de cette atroce guerre civile. D’ou des difficultés  de compréhension. Pour s’informer, il faut lire, faire venir des gens. Par contre, il ne faut pas trop de questions dans le soin.
A force d’écouter  on vit un apprentissage.
Chaque personne  meme issue d’une même culture  est différente par son histoire  son milieu social, l’accueil qu’elle a reçu  en France

DECENTRAGE définition : posture  d’accueil (suspension momentanée  du jugement,  de nos grilles de lecture,  qui nous gênent  dans l’appréhension  de l’autre)Puis retour vers soi. Comparaison sans hiérarchiser  des cultures des langues des  individus) Moment fécond. Là  il y a  un jugement normal. En quoi ça  m’interpelle, en quoi ça  me touche ?

Deux positions extrêmes
1 c’est comme moi (aucune notion  d’altérité,  de différence )
2 c’est trop différent de moi
(je ne suis pas capable de comprendre, capitulation  )

Exemple  le voyage: Le voyage est une expérience de décentrage en général douce.  Il y a parfois l’angoisse de l’inconnu, angoisse à  surmonter. Il va falloir faire effort  pour aller  vers l’autre.

ENGAGEMENT :  accepter  d’être affecté  par l’autre. Prendre le risque d’être  touché.  Parfois poursuivi  pendant des jours. D’où l’ importance de ne pas être seul, de travailler sur certaines situations  en équipe.

DOUTE. Trop d’assurance  peut biaiser.
Analyse du contre transfert culturel.

Entendre cela : Qu’est ce que ça me fait en tant qu’être de culture ? Réflexivité  sur soi même.

PARENTALITE  Accompagner  des personnes qui sont ou qui seront  des parents.

A Bordeaux  beaucoup  de femmes  victimes  de viols, de violences familiales et qui ont eu des enfants  avant pendant et après la migration
Les hommes sont parfois cachés ou absents.

VULNERABILITE. Attention  à  ceux qu’on ne classe  pas comme  vulnérables  Hommes à  la rue par exemple, regardés comme non vulnérable par les autorités.
La vulnérabilité  est une période de la vie, mais pas une réalité  permanente. Comment  peser  la vulnérabilité ? Le sexe? Le vécu de torture ?  Il est facile de passer à  côté.
Vulnérabilité  individuelle  (pas égaux face  à  l’événement )
Vulnérabilité  face aux institutions
Vulnérabilité sociale  ( face à la  solitude )

GROSSESSE  ET PARENTALITE : Faire  1 enfant,  le porter, le mettre au monde nécessite une disponibilité  qui n’existe pas dans l’exil.La rêverie n’est pas possible  dans la rue (toujours en vigilance  face au  danger) Pourtant la rêverie est nécessaire  à  la grossesse  (penser à  sa mère,  à  sa grand-mère, au prénom qu’on donnera à l’enfant)
Après la naissance les bruits de l’enfant peuvent être vécus comme  insupportables. Parce qu’une expulsion  est prévue par exemple et ça bascule dans une  maltraitance  sur l’enfant.

Les femmes sont contentes d’accoucher  en France (Sécurité  physique) mais pour être  mère  il faut être  portée par d’autres.
Notre culture  est individualiste face à  l’enfant. Pas de responsabilité  communautaire face à l’enfant  en France. Si l’enfant a un probléme, en Occident, on rendra la mère responsable, alors que dans d’autres cultures c’est tout le groupe familial qui cherchera une réponse. C’est donc très  compliqué  pour elles  d’être scrutées dans leur maternité, dans leurs capacités  maternelles . C’est hautement  anormal  dans certaines  cultures. Le face à  face mère enfant  rend moins disponible. Quelqu’un qui est entouré  est beaucoup plus disponible à son enfant.

Raffermir  les parents  y compris à  l’école .L’école  qui peut disqualifier le parent, en  leur demandant  de parler français en famille par exemple .
Si le parent  est disqualifié  il ne peut pas transmettre  ses valeurs.

Initiatives à  Bordeaux
Atelier accueil  des nouveaux nés
Atelier accueil des 1 /3 ans Travail  avec les objets  culturels musique objet tissu  Permet d’exprimer ce qui est permis ou défendu en France.
Comment  s’asseoir être  poli. S’occuper  de son enfant
Au contact  d’un autre on réveille les capacités  qu’on avait  engrammé avant la naissance.
Prête moi ta façon de bercer ton enfant je te prêter ai la manière  de masser.
Les femmes aiment  beaucoup ces ateliers de convivialité qui permettent la réalisation des  rituels alimentaires d’accueil  de la jeune mère et de son enfant.

Question sur la résilience

La résilience n’est pas une nature. Certains seraient résilients et d’autres pas . Même si on n’est pas égaux devant  le malheur.
Dans certaines expériences  traumatisantes  laissent des remarques  définitives. Importance  des tuteurs de résilience.

Question sur le rôle des enfants
Risque  de parentifier les enfants ?
Risque de faux-self c’est  une façade  qui ne correspond  pas au vécu profond de la personne.
Mais magnifiques  réussites de certains enfants.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s